Mère Teresa, la générosité au service des plus pauvres

 

mère teresa

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le vrai prénom de Mère Teresa est Agnès, ou plutôt Anjezë Gonxhe Bojaxhiu. En effet, Mère Teresa, avant de partir pour l’Inde, a grandi en Albanie, dont elle est originaire. Voici donc une belle figure albanaise chérie par les Français !

Avant Mère Teresa, l’albanaise Agnès

Anjezë Gonxhe Bojaxhiu naît en 1910 à Skopje, une petite ville de l’actuelle Macédoine. Ses parents sont des commerçants albanais. Déjà très jeune, elle accompagne sa mère dans ses œuvres d’aumône. Par ailleurs, sa famille accueille souvent les plus pauvres à sa table, dans un esprit de partage qui la marquera pour la vie. Mais surtout, sa santé est fragile… Qui l’eût dit face à cette force de la nature qui passera plus de 40 ans dans les bidonvilles de Calcutta !

Très jeune, elle s’engage dans la vie religieuse, avec un passage en Irlande, qu’elle quitte rapidement, guidée par son grand désir de partir en mission. Elle embarque alors pour l’Inde, à Calcutta. Jusqu’en 1937, elle remplit un rôle d’enseignante et consacre une partie de son temps à apporter son soutien aux pauvres des bidonvilles.

1946, l’année qui fit Mère Teresa

Le 10 septembre de l’année 1946, Mère Teresa vit ce qu’elle appelle « le jour de l’inspiration ». Elle souhaite alors fonder un nouvel ordre religieux dédié à la cause des pauvres. Mais c’est aussi l’année de la maladie, où un début de tuberculose la contraint à une longue convalescence. Cependant, elle quitte l’année suivante son ordre religieux pour partir à la conquête du cœur des pauvres. Son seul bagage : ses 5 roupies en poche.

“Ne laissez personne venir à vous et repartir sans être plus heureux”.

 

En 1948, c’est dans la ville de Patna que Mère Teresa commence son œuvre de soutien dans les bidonvilles, en donnant des cours aux enfants. Le succès de ses cours explose, si bien qu’elle ouvre déjà une école dans un autre bidonville. Peu après, se manifeste son engagement auprès des mourants. C’est le début d’une aventure qui ne s’arrêtera plus. En 1950 elle fonde l’ordre des Missionnaires de la Charité, qui rassemble aujourd’hui 5 000 religieuses œuvrant dans plus de 130 pays.

mère teresa

Centrée sur le soutien aux plus pauvres, Mère Teresa ouvre alors des mouroirs, des orphelinats, des centres pour les lépreux. Sa renommée devient internationale.

Renommée internationale

En 1978, elle reçoit le prix Balzan pour l’humanité, la paix et la fraternité entre les peuples.
L’année suivante, elle reçoit le prix Nobel de la paix.

Sa vie et son œuvre deviennent alors célèbres. Elle utilise cette médiatisation afin de faire passer son message en Occident, au sujet des plus pauvres.  Au nom de son engagement, elle fait l’objet d’un attachement très spécial dans les pays balkaniques. L’aéroport de Tirana, en Albanie, porte d’ailleurs son nom, tout comme de nombreuses rues dans les villes d’Albanie, du Kosovo, de Macédoine…

C’est en 1997 qu’elle nous quitte son pays, laissant derrière elle un héritage d’amour et le plus grand témoignage de générosité que nous connaissons aujourd’hui.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *